André Desrosiers voit naître son « petit bébé »

Photo de Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Par Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
André Desrosiers voit naître son « petit bébé »
La future caserne incendie des Escoumins est présentement en construction.

Annoncée en grande pompe le 18 juin par le ministre responsable de la région de la Côte-Nord, Jonatan Julien, une aide financière de 1 665 860 $ est octroyée à la municipalité des Escoumins pour la construction d’une nouvelle caserne incendie ou le « petit bébé » du maire André Desrosiers, comme il la surnomme.

« En 2001, quand j’ai commencé à faire de la politique municipale, j’étais aussi dans l’équipe des pompiers des Escoumins. J’ai même failli perdre la vie dans ces circonstances, plusieurs peuvent en témoigner », raconte le maire.

« Quand j’ai commencé l’équipement qu’on avait, c’était un vieux camion datant de 1964, de grands imperméables avec de grandes bottes. Depuis ce temps, ça l’a évolué et le conseil municipal a injecté beaucoup d’argent pour acheter de l’équipement pour les pompiers », ajoute-t-il.

Ainsi, la caserne est devenue désuète et l’espace manquait pour offrir un milieu de travail sécuritaire et efficace à la quinzaine de sapeurs œuvrant aux Escoumins.

« On a donc travaillé avec le bureau régional du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, afin de monter un projet pour une nouvelle caserne », relate André Desrosiers.

Selon Yvan Rochette, pompier volontaire escouminois, il était même difficile de circuler à travers les camions incendie. « Une fois les camions à l’intérieur, il ne nous restait que très peu d’espace pour travailler et circuler. Il était même devenu dangereux de se blesser », explique-t-il.

L’objectif du projet est aussi de créer un milieu de vie pour les pompiers. « C’est important qu’après les interventions, ils aient un lieu de rassemblement pour les débriefings et pour s’exprimer sur ce qu’ils ont vécu. Ils doivent parfois agir dans le cadre d’accidents de la route impliquant des personnes qu’ils connaissent. Ce n’est pas évident », souligne M. Desrosiers.

Financement

Le coût total de la nouvelle caserne incendie s’élève à plus de 2,5 millions de dollars. Le gouvernement du Québec par son programme Réfection et construction des infrastructures municipales, participe au financement à une hauteur de 70 %, soit 1 665 860 $.

Le conseil de la Première nation des Innus Essipit, dont le territoire est aussi desservi par la caserne des Escoumins, et la municipalité des Escoumins, investissent chacun une somme de 443 000 $, équivalant à 30 % restant.

« Les dimensions de la caserne de pompiers des Escoumins étaient insuffisantes et ne permettaient pas une circulation adéquate des véhicules. Sans compter qu’il n’y avait aucun espace de rangement pour l’équipement qui était ainsi entreposé à l’extérieur du territoire. Grâce à l’aide de notre gouvernement, les pompiers seront donc mieux outillés pour faire leur travail. Par le fait même, la protection des personnes et des familles en cas d’incendie sera améliorée », assure le ministre Julien.

Travaux

Le bâtiment érigé sur la rue Sirois, dont la structure sera principalement en bois, aura une superficie approximative de 420 mètres carrés sur deux étages et sera muni de trois portes de garage.  Les travaux prévoient également l’aménagement d’une salle de remplissage et d’entreposage des appareils respiratoires, ainsi que d’une salle de repos, des bureaux administratifs et une salle de formation.

« La nouvelle caserne pourra servir de poste de commandement pour le ministère de la Sécurité publique en cas de sinistre majeur. La salle de formation est conçue pour cette situation et elle sera autonome au niveau de l’électricité avec l’installation d’une génératrice », confirme Martin Bouchard, directeur du Service incendie de Forestville, qui fait l’objet d’une Entente intermunicipale des localités de Colombier aux Bergeronnes.

Les travaux devraient prendre fin en novembre 2020, si les délais sont respectés. La crise de la COVID-19 a engendré un retard mineur, mais la construction va bon train, selon le maire André Desrosiers.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires