COVID-19: Québec renonce à une application… pour l’instant

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
COVID-19: Québec renonce à une application… pour l’instant
Le ministre de la Santé et des services sociaux en point de presse mardi 25 août.

Avec l’état actuel de la pandémie au Québec, il n’est pas encore nécessaire de développer une application d’avertissement de contact avec une personne infectée à la COVID-19.

C’est ce qu’ont annoncé conjointement les ministres Christian Dubé (Santé et Services sociaux) et Éric Caire ( délégué à la Transformation numérique gouvernementale) lors d’un point de presse à ce sujet cet après-midi à Montréal.

L’évolution des nombres de cas positifs à la COVID-19 est en bonne posture selon le ministre Dubé. C’est pourquoi le gouvernement ne justifie pas l’utilisation d’une application visant à notifier les citoyens qu’ils ont été en contact avec une personne probablement porteuse du virus.

Le gouvernement continue tout de même de travailler sur cette application, afin qu’elle soit prête si la situation l’exige. «Ça peut monter tellement vite [le nombre de cas], soutient M. Dubé. On doit être prêt si jamais on en a besoin». ¸

La consultation publique qui s’est déroulée du 8 juillet au 2 août a rejoint 16 000 répondants.  70% ont révélé avoir confiance dans une telle mesure numérique. Des intervenants en commission parlementaire ont toutefois émis des doutes sur la fiabilité de l’application.

Le ministre Caire a assuré que la future application n’utilisera pas de renseignements personnels, de données de biométrie ou de géolocalisation.

Pour l’instant, la pandémie est sous contrôle . Selon le ministre de la Santé, le Québec est même l’un des endroits où la pandémie est le mieux contrôlée dans le monde. Tel que le révèlent les dernières statistiques de la Santé publique en termes de propagation, la courbe de cas a été aplatie avec succès. «C’est toutefois fragile, a ajouté M. Dubé. Oui, tout se passe bien pour l’instant. Mais tous les jours, nous devons «monitorer» quatre, cinq, six éclosions par jour. Nous devons limiter ses éclosions et continuer nos efforts. Il faut se rappeler que des vies sont en jeu», a-t-il indiqué en point de presse ce 25 août.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires