COVID-19 : des mesures additionnelles dans les centres commerciaux et les magasins dès vendredi

Par Charlotte Paquet 10:29 AM - 02 Décembre 2020
Temps de lecture :

On aperçoit la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, lors du point de presse de mercredi matin.

Les centres commerciaux et les magasins devront limiter l’accès de leur clientèle à une personne par 20 mètres carrés de superficie à compter de vendredi. Les contrevenants s’exposeront à des amendes pouvant varier entre 1 000 $ et 6 000 $.

La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, a mis cartes sur table mercredi matin afin de diminuer les risques de contagion de la COVID-19 en période de fort achalandage des achats des Fêtes. Les propriétaires de centres commerciaux, les commerçants et les clients sont visés par les nouvelles mesures.

« Eux ont la chance d’être encore ouverts, donc, c’est un peu le compromis qu’on leur demande ce matin. Vous voulez rester ouverts. On veut que vous restiez ouverts. On vous demande de faire une petite part de plus », a lancé Geneviève Guilbault, à l’intention plus particulièrement des commerces en zone rouge qui demeurent en activité, contrairement aux bars et aux salles à manger des restaurants, entre autres choses.

Les nouvelles mesures sont déployées à la grandeur du Québec. La limite de la capacité d’accueil sera obligatoire, tout comme l’affichage de cette capacité bien à la vue des clients. Évidemment, les gens qui devront patienter dans des files d’attente devront respecter la distanciation de deux mètres.

La vice-première ministre affirme que les policiers et les inspecteurs de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) augmenteront leurs visites afin de s’assurer du respect des consignes additionnelles.

« Ce qu’on souhaitait aussi, c’est quelque chose de clair et d’opérationnel. (…) On voulait annoncer des mesures claires, des balises claires auxquelles se référer à la fois pour les propriétaires, les commerçants, les clients et nos policiers et nos inspecteurs de la CNESST. »

 

Partager cet article