Patricia Saindon, Madame Soccer, tire sa révérence!

Par Sylvain Turcotte 9:11 AM - 29 mars 2021
Temps de lecture :

La Septilienne Patricia Saindon (avant-dernière) aura été présidente de l’Association régionale de soccer – Côte-Nord durant 17 ans. Elle est notamment accompagnée sur la photo de Myriam Tremblay, celle qui lui succède. Photo : Courtoisie

Patricia Saindon a porté plus d’un chapeau, d’un titre au sein du soccer septilien, mais aussi nord-côtier. Le dernier, celui de présidente de l’Association régionale de soccer (ARS) – Côte-Nord, elle l’a officiellement retiré il y a une dizaine de jours lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisme, après dix-sept ans. Elle passe maintenant le flambeau à Myriam Tremblay des Escoumins.

On dit dix-sept ans, mais c’est bien plus que ça l’implication de Patricia Saindon pour le ballon rond. Elle a commencé son bénévolat quand son plus vieux, Patrick, maintenant âgé de 33 ans, a donné ses premiers coups de pied sur le ballon alors qu’il avait 6 ans. Faites le décompte!

Elle s’est occupée de la remise des chandails pour le Club Nordsoc, par la suite du secrétariat, et ainsi de suite.

Le titre de « soccer mom » lui va pleinement. Après Patrick, Anne-Marie et Philippe ont aussi goûté au ballon rond, comme joueur, mais aussi comme entraîneur. Philippe a d’ailleurs chemin comme athlète jusqu’au Rouge et Or de l’Université Laval. Ah oui! Le mari de Patricia, Jean Renaud, n’a pas trop eu le choix de suivre par la bande. Il aura été entraîneur.

C’est en 2003, alors que l’ARS se retrouvait à court de ressources, notamment avec le départ de son président de l’époque, Lucien Dallaire, frappé par la maladie, que Patricia Saindon se retrouve à la tête de l’organisation régionale.

« Je ne savais pas ce que faisait l’ARS. Je faisais plein d’autres choses. J’ai dit que je pouvais m’en occuper par intérim jusqu’à ce qu’il y ait un remplaçant », s’est-elle rappelée. Un long intérim au final!

Comme entrée en la matière, la Septilienne a presque eu la totale. La directrice générale du temps de Soccer Québec, Brigitte Frot, s’est pointée sur la Côte-Nord, que pour deux heures. « Elle m’a dit, » tu as juste à suivre cette brique (document)… et vous devez 10 000$ à Soccer Québec « ». Bienvenue!

D’ailleurs, elle était la seule femme comme présidente d’une ARS. « C’était une gang d’hommes. Ça parlait fort autour de la table, et pour leur région ». Au fil des ans, il s’est ajouté quelques femmes autour de la table, deux ou trois, tout au plus.

Patricia Saindon a fait de grandes choses pour la région

Patricia Saindon passe le flambeau après dix-sept ans à la présidence de l’Association régionale de soccer – Côte-Nord. La Septilienne aura réalisé de bons coups, tant au niveau régional que provincial. Parole de la dame du soccer, le conseil d’administration de l’organisation n’aura pas été l’affaire que d’une ou deux personnes, facilitant les choses.

Mme Saindon aura apporté une nouvelle structure pour la composition des équipes nord-côtières pour les Jeux du Québec. Fini le temps où la composition des formations se faisait le temps du Mini-Mundial.

Au niveau provincial, la présidente de la Côte-Nord aura réussi à se faire entendre, à faire passer ses revendications. « On est une petite région, mais on veut jouer contre les meilleurs. Si on n’avait pas d’aide pour les tournois des sélections régionales, l’autobus allait rester dans le garage ». Elle a aussi demandé des subventions et une péréquation. « Il fallait être diplomate et rallier les autres présidents à ma cause, leur faire comprendre nos enjeux ». 

Patricia Saindon est fière aussi que la Côte-Nord ait reçu l’AGA de Soccer Québec en 2015. « Comme petite région, tu dois en faire plus. Ils avaient été tellement bien reçus qu’ils en parlent encore ». La visite s’était d’ailleurs pas mal régalée de fruits de mer.

La dame du soccer nord-côtier aura aussi contribué à l’avènement d’une compétition AA, la Coupe de l’Est, réunissant la Côte-Nord, l’Est-du-Québec et le Saguenay-Lac-Saint-Jean, porte d’entrée dans le temps pour la Coupe Saputo AA, même si ça ne faisait pas le bonheur de tous, alors qu’une de ces trois régions allait avoir son billet le temps d’une fin de semaine et non d’une saison complète pour les grands centres. Il s’est ajouté par la suite l’Abitibi-Témiscamingue, pour la Coupe des Quatre, que Sept-Îles a d’ailleurs accueillie en 2008.

Il s’en est suivi au milieu des années 2010 la Ligue Nord-Est AA, dont la dernière saison aura été celle de 2018. La suite aurait pu devenir intéressante, mais le décès en février 2019 d’Helder Duarte, grand défenseur du soccer nord-côtier, n’a pas permis l’aboutissement de ses projets avec la région.

« On continue de se battre pour de petites avancées pour la Côte-Nord », mentionne la présidente sortante. Elle se réjouit d’ailleurs du terrain de soccer aux Escoumins, ce qui pourrait ouvrir la porte aux équipes de Québec à disputer des matchs à mi-chemin. « L’ARS continue de négocier avec d’autres régions pour du AA avec la Côte-Nord ».

Parmi les autres bons coups qu’elle a soulignés, celui d’avoir mis en place les formations pour les différents niveaux d’entraîneurs/instructeurs et d’arbitres, mais aussi une politique de déplacement pour les entraîneurs.

« J’ai plein de petites fiertés, notamment d’avoir réussi à ce que la région puisse être présente pour les événements de soccer dans la province et que la Côte-Nord ait un directeur technique (Stéphane Pagès) et un directeur général (Simon Bellerive). On a été chercher de bonnes ressources pour permettre à la Côte-Nord de se développer », souligne Patricia Saindon, contente des bonnes relations avec les autres clubs de la région. « Mais il reste encore beaucoup de batailles à gagner », ajoute-t-elle, parlant notamment d’avoir une équipe féminine stable pour les Jeux du Québec.

Mme Saindon soutient que la région est entre bonnes mains avec la nouvelle présidente de l’ARS, Myriam Tremblay, et espère que son rêve d’un sport-études en soccer, mais aussi pour d’autres sports, puisse devenir réalité un jour. Elle considère cet aspect comme le seul qu’elle n’a pas réussi à accomplir. « J’ai souvent rencontré les directions d’écoles », note-t-elle. Et si vous pensez que Patricia Saindon s’éloignera des terrains de soccer malgré la « retraite » de  son implication, erreur, elle sera une « grand-maman » soccer pour les enfants de ses deux plus vieux, Patrick et Anne-Marie.

Partager cet article

À lire également


À découvrir