Un an après la crise forestière : «Revirement de situation complet», selon Laurent Lessard

Par Journal Haute Côte Nord 12:00 AM - 27 juillet 2016
Temps de lecture :

Laurent Lessard.

Port-Cartier – Le ministre des Forêts, Laurent Lessard, croit que l’industrie forestière de la Côte-Nord est « vouée à un bel avenir » après la crise de l’été dernier, alors que Produits forestiers Résolu, la scierie Arbec de Port-Cartier et Boisaco avaient cessé leurs activités plusieurs semaines, afin de réduire le coût de la fibre dans la région.

Par Martin Bélanger

Les industriels nord-côtiers réclamaient des mesures pour réduire le coût de la fibre plus élevé dans la région, ce qui les rendait moins compétitifs. L’éloignement des peuplements, les fortes pentes, la faible dimension des arbres et l’épidémie de tordeuse des bourgeons de l’épinette étaient les facteurs contribuant à un haut coût de la fibre. Une entente signée le 31 août 2015 avait mis fin à la crise.

« En un an, c’est un revirement de situation complet », a affirmé le ministre Laurent Lessard, le 13 juillet à Port-Cartier, en marge de l’annonce d’une aide financière pour la construction d’une usine de biocarburant. « Le premier objectif, c’était de baisser les frais d’exploitation pour l’industrie qui vit les effets de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. On va se le dire, la tordeuse, elle ramasse un million de pieds cubes par année à elle seule. Elle fait des dommages naturels et le reste, on le récupère pour faire du bois d’œuvre », a expliqué le ministre.

Constater les avancées

Laurent Lessard a profité de sa présence dans la région pour « constater les avancées réalisées à la suite de l’entente intervenue entre le gouvernement du Québec et les industriels de la Côte-Nord ». Le ministre indique dans un communiqué que « notre gouvernement a été proactif pour gérer de façon efficace et rigoureuse les retombées néfastes de l’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette sur l’industrie forestière de la Côte-Nord et sur l’économie québécoise ».

Il mentionne que l’entente conclue l’été dernier « comportait 23 mesures de nature opérationnelle et financière afin de compenser notamment les coûts supplémentaires attribuables à cette épidémie », ajoutant qu’une telle entente « nécessite un suivi rigoureux ». Laurent Lessard se dit « fier du travail accompli depuis un an » et croit « fermement que la filière forestière nord-côtière est vouée à un bel avenir ».

Partager cet article