Yves Laurencelle : l’homme aux 1 000 projets

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 27 août 2016
Temps de lecture :

Longue-Rive – Qui ne connaît pas Yves Laurencelle ? Homme très impliqué dans sa municipalité de même que sur la scène régionale, le coordonnateur du Festivent de Longue-Rive n’a pas peur de se mouiller pour faire avancer des dossiers. Leader-né, Yves Laurencelle est de ceux qui ne se découragent pas facilement. Entrevue avec un acteur important du développement économique et socio-communautaire de Longue-Rive.

Énumérez votre occupation et vos implications ainsi que les rôles que vous y jouez et depuis combien d’années :
Dans ma  vie quotidienne des 6 dernières années, les gens me connaissent comme l’agent de développement de la municipalité de Longue-Rive. Mais au fond de moi, malgré le feu de mon étable il y a 4 ans, je suis agriculteur. Mais amis m’appellent encore amicalement Le farmer. Je tente, au mieux de mes connaissances, d’aider ma communauté, à garder la tête hors de l’eau malgré le climat économique morose de la Haute-Côte-Nord.

Comment s’est passée votre jeunesse?
J’ai eu une superbe jeunesse. Entouré d’une famille merveilleuse, j’ai grandi sur la ferme familiale dans un terrain de jeux à faire rêver. J’avais un accès illimité à la nature, aux animaux, à la machinerie et à de nombreux amis.

Êtes-vous natif de Longue-Rive?
Je suis natif de Longue-Rive, parti faire mes études à Saint-Félicien en 1989, pour 3 ans, je ne croyais pas revenir m’établir ici à Longue-Rive. Ensuite je suis parti travailler en Beauce pour un an et demi pour finalement revenir à la maison  le 8 août 1993.

Quel a été votre parcours académique?
Je suis technicien forestier de formation. Mais ma passion pour l’agriculture m’a amené à suivre plusieurs petites formations en agriculture. Je suis aussi pompier niveau 1 pour le service incendie de la ville de Forestville. Quand j’ai terminé mon Cégep, je me disais que j’avais fini l’école (YES!) mais depuis ce temps, je ne cesse de suivre des formations. Faut croire qu’il y a juste les fous qui ne changent pas d’idée!

Que faites-vous dans votre quotidien au boulot?
Ma principale tâche comme agent de développement est d’accompagner les organismes ou tout citoyen, dans leurs différents projets afin d’améliorer la qualité de vie de tous.

Vous occupez depuis plusieurs années le poste d’agent de développement de Longue-Rive. Dans le contexte économique actuel, est-ce que la tâche ne vous apparaît pas trop ambitieuse?
La tâche est énorme et très ambitieuse, et même  parfois j’ai le goût de laisser tomber et retourner au privé à temps plein. Mais je me recentre et reprends goût à ce travail. Pourquoi je dis ça? Et bien c’est très frustrant  d’être assis où je suis, de connaître les besoins de ma communauté,  et de voir nos demandes ou nos projets être rejetés par des gens qui ne comprennent pas le besoin de notre communauté. J’ai connu Longue-Rive dans les années 1990 jusqu’à la fermeture de l’usine Kruger en 2007, et je sais que ce petit village peut être fort économiquement. Les gens de Longue-Rive sont fiers et travaillants, et je sais que si je peux trouver une entreprise pour venir s’établir ici, créer quelques emplois, nous allons repartir la roue et redynamiser notre village.  J’ai toujours été fier de Longue-Rive, et je sais que nous avons le potentiel pour reprendre la place qui nous revient et se défaire de notre titre de municipalité dévitalisée.

Vous êtes également responsable du Festivent qui aura lieu du 26 au 28 août prochain. À quoi doivent s’attendre les visiteurs cette année?
A avoir du plaisir au maximum pour les 3 jours, et faire de belles rencontres.
Dans le cadre du Festivent, quels sont les défis auxquels vous êtes confrontés après 5 ans d’existence?
Le financement est le principal défi. Le second grand défi est le taux de croissance du festival. Honnêtement, le festival a grandi trop vite. Nous sommes après 5 ans là où je me voyais dans 10 ans. Et cela cause un défi d’organisation énorme à chaque année. Nous n’avons pas le temps de porter nos infrastructures au même niveau que l’achalandage. Mais je dois dire que je suis très fier du résultat, de l’équipe qui m’entoure et de tous nos bénévoles.

De quoi êtes-vous le plus fier?
De ma vie en général!  Je suis fier de ce que j’ai accompli depuis mon adolescence. Pourquoi vivre dans les regrets? Les j’aurais dont dû?  Ce que j’ai fait je l’ai fait au meilleur de mes connaissances.  J’ai fait des erreurs, je sais, mais qui est parfait?????

Vous avez une baguette magique qui vous donne tous les pouvoirs, quelle est la première chose que vous faites?
J’éradique le cancer.

Quels sont vos qualités et vos défauts?
Je ne suis jamais de mauvaise humeur, je suis un grand travaillant et terriblement curieux. J’ai toujours 1001 plans ou projets dans la tête. J’ai une tête de cochon, je suis rancunier et super impatient.

En bref

Votre âge : 44 ans
Lieu de résidence : Longue-Rive, mais dans mon cœur à la Pointe-à-Boisvert
Musique : Country folk classique
Loisirs : voyager et passer du bon temps avec les amis

 

Partager cet article