Encore une fois un grand succès!

Par Karianne Nepton-Philippe 12:00 AM - 21 septembre 2016
Temps de lecture :
L’activité sur les cadavres permet aux participants d’exercer des intubations et de retirer des objets étrangers, tels que des hameçons dans la peau ou des billes dans le nez.

L’activité sur les cadavres permet aux participants d’exercer des intubations et de retirer des objets étrangers, tels que des hameçons dans la peau ou des billes dans le nez.

Les Escoumins – Les 9 et 10 septembre derniers se tenait le Congrès de médecine d’urgence en région, aux Escoumins. Encore une fois cette année, le congrès continue de connaître du succès. Plus de 125 médecins et médecins résidents ont participé à des ateliers leur permettant de parfaire leurs connaissances.

Cette 12e édition prouve que le congrès est maintenant, et depuis plusieurs années, un incontournable pour tous. Il doit son succès entre autres à la qualité du programme scientifique et particulièrement la formation pratique en petits groupes, soit entre 15 et 20 personnes. « On travaille en petits groupes sur des mannequins et des cadavres, ce qui permet de pratiquer des techniques qui sont utilisées de façon moins fréquente en région », indique un des coprésidents d’honneur, le Dr Jean-Philippe Blondeau, médecin à l’urgence du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’est d’ailleurs ce qui aide les médecins à savoir comment agir devant une situation qui se produit plus rarement en salle d’urgence. En plus, l’activité sur les cadavres permet aux participants d’exercer des intubations et de retirer des objets étrangers, tels que des hameçons dans la peau ou des billes dans le nez. C’est pourquoi cette activité est avec des cadavres, puisque ce serait impossible d’enseigner ces façons sur des personnes vivantes ou même sur des mannequins. La présence de la Dre Nathalie Lucas, pédiatre urgentiste au CHU Sainte-Justine, comme présidente d’honneur a aussi teinté le programme avec des ateliers sur les traumas crâniens, la sédation et la réanimation pédiatrique.

La région : Les Escoumins

Le congrès médical a pour thème « La grande séduction » puisque, comme dans le film du même nom, le but est d’attirer les médecins dans les plus petites régions du Québec, là où ils sont vraiment en demande. En plus de prendre part à des ateliers plus intéressants les uns que les autres, les participants sont invités à venir passer un séjour en famille aux Escoumins avec en bonus une croisière aux baleines. On parle ici d’une vraie séduction! D’ailleurs, ceci semble bien fonctionner, puisque les onze postes disponibles aux Escoumins sont pourvus depuis quelques années. En plus, quatre candidats ont manifesté un intérêt lors de la dernière ouverture de poste. À Forestville, trois des neuf postes sont à combler et un médecin serait sur le point de se joindre à l’équipe.

Une conférence exceptionnelle

Le congrès a pris fin avec une conférence du Dr Marc Dauphin, médecin militaire à la retraite. Ce dernier est le dernier officier-commandant canadien de l’hôpital de Kandahar, en 2009. Il a eu sous son commandement quelque 250 professionnels de la santé, dont des Canadiens, mais aussi des Américains, des Hollandais, des Danois, des Britanniques, des Français, des Australiens, etc. Le Dr Dauphin s’est attardé aux quotidiens des équipes de soins, aux types de blessures rencontrées et aux contraintes. Par exemple, un soldat blessé devrait être admis dans une salle d’opération dans les 90 minutes, incluant les premiers soins sur le terrain, le transport en hélicoptère et l’arrivée à l’hôpital. À ce moment, il revenait au Dr Dauphin de décider qui allait en premier au CT scan, quel chirurgien opérait tel patient. « C’est l’extrême de l’extrême en médecine d’urgence », raconte-t-il en soulignant la dureté de la guerre.

Une équipe de feu!

Le congrès de médecine d’urgence en région doit son succès grâce à sa programmation unique, à son accueil chaleureux, mais surtout à son équipe qui travaille fort pour en faire l’événement qu’on connaît. Le comité organisateur du congrès réunit cinq médecins du Centre de santé et de services sociaux de la Haute-Côte-Nord-Manicouagan, soit Dr Myriam Tardif-Harvey, présidente, Dr Guillaume Lord, vice-président, Dr Annie Bernard, Dr Élodie Gemme et Dr Rémi Mercier. Ils font un excellent travail de préparation, mais ils sont aussi très organisés pour faire face à toute éventualité pendant la fin de semaine.

Notons aussi la présence de nombreux bénévoles qui ont énormément aidé durant la fin de semaine du congrès.

Partager cet article