Tadoussac signe un partenariat avec Essipit

Par Karianne Nepton-Philippe 12:00 AM - 23 novembre 2016
Temps de lecture :
Le premier projet de développement commun est déjà amorcé. Il concerne la petite chapelle de Tadoussac.

Le premier projet de développement commun est déjà amorcé. Il concerne la petite chapelle de Tadoussac.

Tadoussac – Le jeudi 17 novembre dernier, le Conseil de la Première Nation des Innus Essipit et les élus de la municipalité de Tadoussac ont officialisé un protocole d’entente et de respect mutuel. Ce partenariat ouvre la porte à l’élaboration de projets communs en matière de développement économique et culturel.

À l’occasion de cette signature, le maire de la municipalité, Hugues Tremblay, ainsi que le chef de la Première Nation des Innus Essipit, Martin Dufour, ont tenu un discours signifiant leur collaboration. « La signature de ce document symbolise notre volonté de coexistence pacifique avec le respect et la bonne entente », déclare le maire de Tadoussac. Ce dernier a justement mentionné avoir évalué la possibilité d’aller de l’avant avec la communauté de la Première Nation des Innus Essipit. Cela était naturel que cette entente se produise selon lui.

Tous dans la même direction

« Je suis en effet fier de cette entente parce qu’elle constitue une base solide pour l’établissement de rapports harmonieux et productifs entre Essipit et Tadoussac », ajoute le chef de la Première Nation des Innus Essipit, Martin Dufour. Notons que cette entente est semblable au document signé en 2009 avec la MRC de La Haute-Côte-Nord ainsi que celui de 2010 avec la municipalité des Bergeronnes. Le but est de travailler conjointement au développement ainsi que sur la concrétisation des projets futurs. « On a justement commencé à parler d’un projet à faire avec la petite chapelle (de Tadoussac) afin de faire rayonner notre histoire. Cependant, nous sommes encore en analyse », déclare le chef de la Première Nation des Innus Essipit.

Développement

Considérant le développement réalisé au cours des dernières années, ainsi que les partenariats qui s’installent entre les communautés et les municipalités de la Haute-Côte-Nord, on peut observer la volonté de coopération entre chacun ainsi que le désir de développer d’avantage ensemble.

Martin Dufour reconnaît d’ailleurs aujourd’hui la reconnaissance des différents milieux à l’endroit de la Première Nation des Innus Essipit quant à son savoir-faire au niveau du développement. À cela, le maire Tremblay ajoute : « Le développement, c’est comme une grosse marmite. Nous allons ouvrir le couvercle et il va y en sortir des idées, ne soyez pas inquiets! »

Partager cet article