Un homme du peuple

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 03 Décembre 2016
Temps de lecture :

Colombier – Le maire de Colombier Jean-Roch Barbeau, est un homme entier. Pour lui, il n’y a pas de demi-mesure et le gros bon sens a toujours sa raison d’être. Depuis bientôt 11 ans, il dirige la Municipalité de Colombier en étroite collaboration avec le conseil municipal et les employés. Cette année sera la dernière de M. Barbeau à titre d’élu. Il entend tirer sa révérence lors des prochaines élections municipales générales qui auront lieu en novembre 2017.

1- Énumérez votre occupation et vos implications ainsi que les rôles que vous y jouez et depuis combien d’années :

J’occupe le poste de maire de Colombier depuis bientôt 11 ans. Cette occupation m’amène à m’impliquer auprès de différents organismes ainsi que des comités de travail à la MRC de La Haute-Côte-Nord. Par exemple, je siège au comité des relations de travail, des relations humaines ainsi qu’au comité de transition du développement économique. Je suis également le directeur de la Coopérative funéraire Haute-Côte-Nord depuis 10 ans.

2- Comment s’est passée votre jeunesse ?

J’ai eu une belle enfance à St-Vianney au Bas-Saint-Laurent dans la MRC de la Matapédia. Mes parents possédaient une terre sur laquelle j’ai fait du labour, élevé des chevaux et appris à conduire de la machinerie agricole. J’étais très heureux.

3- Êtes-vous natif de Colombier ?

Non, je suis arrivé à Colombier en 2004. J’ai vécu 30 ans à Baie-Comeau où j’ai opéré un dépanneur de 1968 à 1979. Ensuite, j’ai acheté une terre aux Buissons et j’ai été conseiller municipal pendant 4 ans. J’ai par la suite continué mon parcours aux Escoumins en achetant un dépanneur en faillite en 1994. Je l’ai remis sur pied et, en 2004, je l’ai vendu avant de venir m’installer à Colombier où je possédais une maison depuis quelques années.

4- Quel a été votre parcours académique ?

Au niveau académique, j’ai poursuivi mes études jusqu’en secondaire 5. Toutefois, j’ai suivi plusieurs cours spécialisés comme la comptabilité afin de me débrouiller dans le monde des affaires. C’est vraiment mes expériences de travail qui m’ont le plus appris puisque je suis un homme de terrain.

5- Que faites-vous dans votre quotidien au boulot ?

Au travail, je dois assister à plusieurs réunions d’organismes ou de comité de travail. Je dois également me rendre à la MRC plusieurs fois par semaine afin de prendre part aux rencontres. J’anime les séances ordinaires du conseil municipal, je discute régulièrement avec la directrice générale, je réponds aux questions des citoyens et leur accorde de mon temps. J’assure aussi un soutien aux organismes en faisant partie de leur conseil d’administration ou en traitant leur demande.

6 -Vous occupez depuis plusieurs années le poste de maire de Colombier. Dans le contexte économique actuel, est-ce que la tâche ne devient pas de plus en plus complexe pour les élus des petites municipalités dévitalisées comme la vôtre?

Oui, certainement. Il faut cibler nos problématiques et tenter de les améliorer en travaillant sur ce qui est le plus important. On ne peut pas faire tout ce qu’on voudrait, mais on s’attarde sur ce qui est le plus pressant, sur ce qui touche le plus les citoyens. C’est de cette façon que nous réussissons à continuer d’avancer malgré les embûches.

7- Quels sont les principaux défis qui préoccupent actuellement les élus de Colombier ?

À Colombier, nous devons diversifier notre économie. Nous avons une belle entreprise (Sun Gro Horticulture) qui offre plusieurs emplois, mais nous ne pouvons pas compter seulement sur elle. C’est pourquoi nous mettons en place plusieurs projets favorisant la création d’emplois. Un autre grand défi est de trouver des moyens d’attirer de nouveaux résidents et surtout de jeunes familles. De cette façon, nous pourrons conserver nos services principaux tels que la poste, le dépanneur, l’école, les garderies, etc. Après la fermeture de la caisse, il est important de montrer aux citoyens que nous avons l’intention de tout faire pour conserver le plus de services possible.

8- En 2017 se tiendront les élections municipales générales. Est-ce que vous songez à poser votre candidature à nouveau ?

Non. Il y a un bon temps pour arriver et un bon temps pour partir. Je suis prêt à laisser ma place à quelqu’un d’autre en espérant qu’il ou elle prenne autant à cœur les intérêts de Colombier.

9- De quoi êtes-vous le plus fier ?

Je suis très fier d’avoir représenté Colombier tout au long de ses 11 dernières années. Je pense avoir pris à cœur les demandes des citoyens et surtout de leur avoir accordé le droit de parole. Je suis arrivé dans la municipalité avec aucun préjugé et j’ai été à l’écoute de tous.

10- Vous avez une baguette magique qui vous donne tous les pouvoirs, quelle est la première chose que vous faites ?

Je chasserais tous les éléments négatifs qui nuisent à Colombier et je ne garderais que le positif. Il serait ainsi plus facile d’évoluer et d’aller de l’avant.

11- Quels sont vos qualités et vos défauts?

Je suis un travailleur infatigable, un homme d’affaires aguerri et une personne très sociable qui aime discuter avec le public. Mon plus gros défaut est que je suis sévère dans certaines situations. Je n’ai pas de demi-mesure, c’est noir ou blanc.

Partager cet article