Le surpoids continue son expansion sur la Côte-Nord

Par 12:00 AM - 29 juin 2018
Temps de lecture :

Baie-Comeau – L’espérance de vie à la naissance sur la Côte-Nord augmente année après année. Il en va cependant de même pour le taux moyen de surpoids.

Voici l’un des constats qui émanent du rapport de l’état de santé et de bien-être de la population de la Côte-Nord, dévoilé lors de la séance publique régulière du conseil d’administration du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord. Le rapport dresse un portrait complet de l’état de santé de la population qualifiable en tenant compte de différents déterminants.

« Vous pourrez y constater les améliorations en matière d’espérance de vie et une diminution importante du tabagisme. D’un autre côté, comme dans le reste de la province, l’adoption de saines habitudes de vie et la saine gestion du poids sont un défi majeur pour la région », a fait valoir le directeur de santé publique de la Côte-Nord, Stéphane Trépanier.

L’état de santé en chiffres

Les chiffres parlent d’eux-mêmes quant à l’état de santé des Nord-Côtiers.

D’un côté, l’espérance de vie de la population passe de 74 ans à 80,4 ans, et ce, sur une période de vingt-cinq ans. Malgré cette augmentation, l’espérance de vie de la population nord-côtière demeure inférieure à celle du reste de la province.

Toutefois, elle progresse plus rapidement sur la Côte-Nord qu’au Québec. « Les chiffres de la Côte-Nord tendent à rattraper ceux du Québec », a estimé le directeur.

D’un autre côté, le taux de surpoids moyen évolue de 60 % à 65 %, cette fois sur une période de sept ans. Cette même mesure représente 55 % pour l’ensemble de la population québécoise, ce qui constitue, selon Dr Trépanier, un écart considérable avec les données régionales.

Les cas de cancer, quant à eux, connaissent une augmentation de 66 % sur une période de 20 ans. Cette fluctuation résulte entre autres du vieillissement de la population.

Pistes d’action

Lorsqu’il est question de surplus de poids, on parle d’un facteur de risque de développement des problèmes chroniques de santé, tels que le diabète, les maladies cardio- vasculaires, l’hypertension artérielle et certains types de cancers.

Les causes de l’obésité et les facteurs qui y contribuent vont au-delà des choix individuels. Ils découlent aussi de déterminants environnementaux et sociaux qui influent sur la capacité des individus de faire des choix plus sains, soutient le rapport.

Pour renverser les tendances, plusieurs partenaires sont engagés à améliorer la santé des Nord-Côtiers.

Par exemple, des cliniques d’activité physique qui intègrent aussi des cours de groupes sur la nutrition sont mises en place dans plusieurs MRC avec l’objectif d’en avoir une pour chaque MRC d’ici 2020, peut-on aussi y lire.

Partager cet article