Des élèves de Longue-Rive améliorent le quotidien d’élèves africains

Photo de Shirley Kennedy
Par Shirley Kennedy
Des élèves de Longue-Rive améliorent le quotidien d’élèves africains
Visiblement très heureux de ce cadeau inespéré, les jeunes ivoiriens ont d’ailleurs fait parvenir une magnifique photo à leurs bienfaiteurs. (Photo : courtoisie)

Longue-Rive – Grâce à l’initiative de Christian Bernard Oyourou, animateur à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire (AVSEC) de leur secteur, les élèves de 6e année de l’école Notre-Dame-du-Bon-Conseil de Longue-Rive ont récemment posé un geste de générosité en permettant l’achat d’espadrilles neuves à des élèves d’une école africaine.

Le projet a pris naissance à l’automne 2018, alors que M. Oyourou, en poste depuis quelques semaines à titre d’AVSEC pour les écoles de la Haute-Côte-Nord, a lancé un appel sur Facebook afin de trouver un groupe d’élèves africains avec qui les jeunes de l’école Notre-Dame-du-Bon-Conseil pourraient échanger des informations sur leur culture respective. C’est finalement sur un groupe d’une petite école située à Yamoussokro, en Côte d’Ivoire, que le choix s’est arrêté.

Ainsi, du mois de novembre à la fin du mois de janvier, les 12 élèves de mesdames Nathalie Tremblay et Nancy Dugas ont échangé, par le biais d’Internet, des photos et des informations sur leur culture avec les 48 élèves de l’école EPP Mougnan de Yamoussokro.

En raison du décalage horaire, les deux groupes n’ont malheureusement pu se voir, mais ont appris à se connaître grâce à leurs échanges. Ayant constaté, sur les photos, que plusieurs élèves africains ne semblaient pas avoir de chaussures, une information confirmée par l’un des adultes impliqués dans le projet, M. Oyourou, les enseignantes et les élèves de l’école Notre-Dame-du-Bon-Conseil ont décidé de mettre sur pied une cueillette de canettes consignées. Le projet leur a finalement permis de récolter une somme 113 $ qu’ils ont acheminée à Yamoussokro et le montant, à leur grande surprise, s’est avéré suffisant pour acheter une paire d’espadrilles neuves à l’ensemble de leurs 48 nouveaux amis africains.

Un véritable succès

Qualifiant l’expérience de grand succès, Christian Bernard Oyourou aimerait répéter le projet l’an prochain avec un plus grand nombre d’écoles, mais en prenant également soin de l’élaborer davantage. Il souhaiterait, par exemple, être en mesure de permettre aux élèves des deux continents de se voir grâce à la technologie.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des