Heures limitées du traversier : les camionneurs font le tour par le Saguenay

Par Johannie Gaudreault 4:00 PM - 07 avril 2020
Temps de lecture :

Le traversier reliant Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine n’offre son service que de jour depuis le 3 avril, ce qui complique le travail des camionneurs. Photo : Jean-François Brulotte

L’interruption du service de nuit du traversier reliant Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine n’est pas sans conséquence pour l’approvisionnement des services essentiels et la livraison de la poste. Certains camionneurs devront faire deux heures de plus pour passer par le Saguenay, s’ils n’arrivent pas à temps à la traverse.

C’est un lot de complications qui est tombé sur l’industrie des camionneurs. « Ça chamboule les horaires. Il faudra faire « fiter » ça avec le bateau. Ça va créer des problèmes », allègue Carol Girard de l’Association nationale des camionneurs artisans (ANCAI).

Les compagnies de transport n’ont eu que 48 heures pour s’ajuster. Parmi les répercussions dénoncées, il y a celle de se heurter sur des marchés d’alimentation fermés quand les camionneurs arriveront à bon port en raison des heures limitées du traversier.

M. Girard comprend la décision de la STQ, « mais c’est beaucoup d’ajustements pour les camionneurs et ça sera beaucoup de pertes de revenus pour certains », avance-t-il.

Carol Girard indique que l’option de passer par le Saguenay, un 200 kilomètres de plus aller-retour, s’avèrerait plus coûteuse au niveau des opérations et problématiques par rapport aux heures de conduite.

Mais, elle demeure un choix tout indiqué pour se rendre à destination dans les temps.

« Mon conjoint devra passer par le Saguenay s’il n’arrive pas à temps au traversier, ce qui lui occasionne deux heures de plus de transport », explique Chantale Harvey, résidente de Colombier. Son mari Serge Gingras, travaille pour l’entreprise JAG et transporte des denrées essentielles.

Les camionneurs n’ont toutefois plus à s’arrêter aux différents points de contrôle mis en place. La Sûreté du Québec les laisse circuler puisqu’ils font partie des services essentiels.

Pour ce qui est des automobilistes, ils sont avisés des heures des traversées aux points de contrôle. Un signaleur est également en poste pour informer les camionneurs à la jonction entre la route 138 et la route 172.

En ce qui concerne le service postal, les bureaux de Poste Canada reçoivent le courrier plus tard dans la journée. Les citoyens devront donc patienter quelques heures pour aller à la poste.

Sécurité
Le député de René-Lévesque Martin Ouellet, qui s’est senti interpellé par la situation, s’est impliqué dans le dossier. Il a eu la confirmation qu’en cas d’incendie nocturne à Baie-Sainte-Catherine, ce sont les pompiers de Saint-Siméon qui assureront la protection des citoyens.

En ce qui concerne les soins de santé, si un transfert s’avère nécessaire durant la nuit, les patients sont dirigés vers le CIUSSS de Saguenay. Pour un transfert vers Québec, les ambulanciers procèdent par le Saguenay si le parc le permet ou par avion-ambulance. La centrale 911 a été avisée du protocole des urgences pour la période de nuit.

En cas de situation d’urgence (ex. : transport en ambulance entre la Côte-Nord et Charlevoix), il pourrait y avoir une traversée d’urgence en dehors des heures de jour. Pour les traversées de jour, si la capacité du bateau est atteinte, le navire effectue sa traversée sans attendre l’heure fixe, selon les confirmations obtenues par Martin Ouellet.

Nouvel horaire
La Société des traversiers du Québec (STQ) soutient que « cette décision était inévitable compte tenu de la disponibilité limitée du personnel opérationnel, particulièrement le personnel naviguant breveté. Un horaire sur 24 heures ne pouvait plus être maintenu dans les circonstances », a mentionné son porte-parole, Alexandre Lavoie, en ajoutant que l’achalandage a diminué de façon très importante à la traverse.

Depuis le 3 avril, les traversées entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine sont planifiées aux 60 minutes de 7 h à 19 h 30. Le service de nuit est donc interrompu pour une période indéterminée.

Partager cet article