L’histoire derrière les masques des cerbères du Drakkar

Photo de Sylvain Turcotte
Par Sylvain Turcotte
L’histoire derrière les masques des cerbères du Drakkar
Olivier Ciarlo, Lucas Fitzpatrick et Ventsislav Shingarov, tout sourire derrière leur couvre-visage, tenant dans leurs masques leur masque de gardien de but peint par l’artiste de Airbrush Zap, Sylvie Poitras. Photo courtoisie

C’était Noël avant le temps la semaine dernière pour le trio de gardiens de but du Drakkar de Baie-Comeau. Lucas Fitzpatrick, Olivier Ciarlo et Ventsislav Shingarov ont déballé leur cadeau, leur masque fraîchement peint par l’artiste d’Airbrush Zap, Sylvie Poitras. Quelle est l’histoire derrière chacun d’eux?

Le vétéran cerbère de 20 ans, Lucas Fitzpatrick, a dérogé de la simplicité cette année, sa quatrième et dernière campagne dans le circuit Courteau. Lucas a choisi un design un peu plus «flyé», un masque avec une touche personnelle, sur lequel on retrouve les initiales des membres de sa famille à l’arrière et son surnom, Fitz, stylisé sur un des côtés, l’autre faisant place à l’inscription Drakkar, accompagné de son numéro, le 1.

Ventsislav Shingarov, la recrue bulgare de 17 ans débarqué avec le Drakkar l’an dernier et impliqué dans quatre rencontres, s’est inspiré du masque de l’ancien portier de l’équipe, maintenant entraîneur des gardiens, Antoine Samuel. Shingo, poussé par ses parents vers notre sport national à l’âge de 8-9 ans pour faciliter son intégration au Québec, a toujours eu l’idée d’avoir un bateau de drakkar sur son masque. «Cet été, j’ai écouté la télésérie Vikings». C’est chose faite. Les couleurs du mât, le rouge et le blanc, ornent le dessus du masque.

Olivier Ciarlo, choix de deuxième ronde, 32e au total en juin dernier, y a été dans la simplicité. Son nom de famille est en évidence au bas du masque. Sur les côtés, l’autre recrue devant la forteresse de la formation nord-côtière a opté pour le logo du Drakkar et une image du barrage de Manic-5, symbole de la région, mais aussi pour faire un parallèle avec son père qui a travaillé pour Hydro-Québec.


Leur modèle comme gardien

Lucas Fitzpatrick: Carey Price, pour son côté calme et posé devant le filet. Fitz considère avoir un style qui s’apparente à celui du gardien de la Sainte Flanelle.

Ventsislav Shingarov: Jonathan Quick. «Depuis que je suis petit que je copie son style. En regardant ses highlights, tu ne peux que tomber en amour».

Olivier Ciarlo: Carter Hart, pour son style, un style qui lui ressemble.

Superstitions/Routine d’avant-match

Lucas Fitzpatrick: Une préparation d’avant-match simple, avec le jeu de la balle de tennis et les étirements. Fitz aime bien gagner la partie au jeu de jonglerie, ce qui le met encore plus prêt pour la partie.

Ventsislav Shingarov: «Je suis un gars de routine. Je fais en sorte que mon corps soit prêt pour le match». Café, balle de tennis, course et un bon échauffement font partie de la routine d’avant-match de Shingo.

Olivier Ciarlo: Comme superstition, Oli s’habille toujours du même côté en premier: patin, jambière,… Pour sa préparation, la balle de tennis comme ses deux autres coéquipiers et les étirements. «Une routine bien simple».

Masque de Lucas Fitzpatrick
Masque de Ventsislav Shingarov
Masque d’Olivier Ciarlo
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires