Une année de défis pour le club Le Plein d’Air

Photo de Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Par Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Une année de défis pour le club Le Plein d’Air
Le chalet du club de ski de fond Le Plein d’Air de Forestville ouvrira ses portes cet hiver, mais les utilisateurs devront respecter les mesures sanitaires liées à la pandémie de COVID-19. Courtoisie

Le Club de ski de fond Le Plein d’Air de Forestville a dû se résigner à augmenter le coût de ses cartes de membre pour la prochaine saison, afin de combler le manque-à-gagner de son traditionnel souper moules et frites annulé en raison de la pandémie.

L’activité de financement qui se déroulait habituellement à la mi-novembre rapportait 3 000 $ en profits nets à l’organisme à but non lucratif.

« Ça payait le coût du surfaçage des pistes », confirme Ginette Plante, administratrice au Club Le Plein d’Air et responsable de la vente des cartes de membre et passes journalières.

C’est lors de son assemblée générale annuelle qui a eu lieu le 27 octobre à la salle Ginette B.-Sirois du Complexe Guy-Ouellet à Forestville que le club a résolu d’hausser le prix des cartes de membre.

Celles-ci sont en vente au coût de 75 $ en prévente jusqu’au 1er décembre pour les adultes et à 25 $ pour les étudiants. En nouveauté cette année, la carte familiale fait son arrivée pour une somme de 150 $ en prévente.

En ce qui concerne les passes journalières, elles sont disponibles chez Ultramar et Pronature au montant de 10 $ par adulte et 5 $ par étudiant, comme les années précédentes.

« Nous avions déjà augmenté leur coût il y a deux ans, alors elles demeurent au même prix cette année », précise Mme Plante.

Les 145 à 150 membres de l’organisme sportif pourront profiter du chalet cette saison malgré la COVID-19.

Les bénévoles assureront son ouverture et son entretien tout l’hiver, « mais des mesures sanitaires devront être respectées », soutient Ginette Plante.

Toutefois, les mardis ski ne seront plus organisés pour ne pas favoriser les rassemblements et les amateurs de fatbike ne pourront plus utiliser les pistes du club Le Plein d’Air.

« On a fait un essai, mais ça n’a pas fonctionné. Ça endommage trop les sentiers », précise la skieuse Forestvilloise.

Imbroglio

Au niveau des pistes, une corvée a été effectuée à la mi-octobre afin de les élargir et de stabiliser le sol dans le but d’offrir une qualité de sentier exceptionnelle aux skieurs.

« Nous n’avons pas développé de nouvelles pistes cette année puisqu’un projet de ligne d’Hydro-Québec viendra chambouler nos tracés en 2021 », lance l’administratrice de longue date.

Effectivement, dans le cadre de la deuxième phase de sa ligne électrique de 69 kv aménagée le long de la route 138 entre Longue-Rive et Forestville, Hydro-Québec doit se rendre au poste situé sur la rue Jean-Raymond, ce qui impacte presque la moitié des sentiers du club de ski de fond, mis au fait de la situation il y a trois semaines, par la société d’État.

« Nous avons fait parvenir nos préoccupations à Hydro-Québec et nous sommes en attente du tracé final de la ligne qui prévoit un déboisement de 40 mètres de largeur dès l’été 2021. Nos sentiers ne seront plus à l’abri des vents et cela compliquera le surfaçage. Nous sommes bien déçus », affirme Mme Plante, par voie téléphonique.

Conseil d’administration

Le conseil d’administration du club de ski de fond subit un changement cette année, après plusieurs années de constance.

L’administratrice Lucie Boulianne n’a pas reconduit son mandat et c’est Louis Tremblay qui lui succède. Les autres membres demeurent les mêmes, soit Dave Delaunay (président), Styve Gagnon (vice-président), Roger Dumont (trésorier), et Ginette Plante (administratrice).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires